27-05-2021   |    Articles

Comprendre le trouble du spectre de l'autisme

COMPRENDRE LE TROUBLE DU SPECTRE DE L'AUTISME

Auteur : Anne-Sophie Corree ; lecture 5 minutes

Le trouble du spectre de l’autisme concerne 700 000 personnes en France, dont 100

000 de moins de 20 ans. D’origine multifactorielle et largement génétique, il représente divers troubles d’intensité variable. Se manifestant le plus souvent entre 18 et 36 mois, un diagnostic précoce permet d’instaurer rapidement une prise en charge adaptée aux besoins de l’enfant. 

Trouble du spectre de l'autisme



🔍  Qu'est-ce que le trouble du spectre de l'autisme ?

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est un trouble neurodéveloppemental, c’est-à-dire qui débute durant le développement de l’enfant, et est caractérisé par une perturbation des interactions sociales, de la communication et des comportements restreints et stéréotypés. 

 

Le spectre de l’autisme regroupe en fait une grande variabilité dans l’intensité des troubles avec toutefois des caractéristiques communes. Le DMS-V (Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux) définit les critères diagnostiques à travers deux dimensions symptomatiques :

- les difficultés persistantes de la communication et des interactions sociales observées dans des contextes variés,

- le caractère restreint et répétitif des comportements, des intérêts ou des activités.

 

Le trouble du spectre de l’autisme peut être associé à d’autres troubles, tels que le déficit intellectuel, une altération du langage, une pathologie médicale ou génétique, un autre trouble développemental, mental ou comportemental, que le diagnostic devra spécifier. 



🔍  Signes précurseurs et diagnostic du TSA 

L’inquiétude des parents, des professionnels de la petite enfance ou des enseignants sur le développement de l’enfant peut amener à consulter et à débuter une démarche diagnostique.

En effet, l’HAS préconise un repérage et diagnostic précoce d’un trouble du spectre de l’autisme.

 

Les signes précurseurs identifiables d’un TSA varient avec l’âge : 

  •  de 0 à 6 mois : apathie du bébé, hypo ou hypertonie, évitement du regard
  • de 6 à 12 mois : retard moteur, absence de babillage, intolérance au contact physique, pleurs fréquents sans raison apparente, absence de réponse au prénom
  • de 12 à 24 mois : ignorance et crainte des autres, préférence pour l’isolement, absence d’imitation, absence de pointage, absence ou pauvreté d’imagination dans les jeux
  • après 2 ans : absence d’intérêt pour les autres enfants, auto-agressivité, monopolisation de la conversation, monologue, difficultés/chagrin face au changement, écholalie (répétition des paroles)

 

Diagnostic du TSA


Les critères diagnostiques d’un TSA précisés par le DSM-V concernent :

1. Les difficultés persistantes de la communication et des interactions sociales 

2. Les comportements stéréotypés et les intérêts restreints (mouvements répétitifs, rituels verbaux…)

3. Des symptômes présents dès les premières étapes du développement, sans être pleinement manifestes 

4. Des symptômes occasionnant un retentissement significatif sur le fonctionnement social, scolaire ou professionnel

5. Des troubles qui ne sont pas mieux expliqués par un handicap intellectuel ou un retard global du développement. 

 

Le DSM-V classe ensuite ces cinq critères diagnostiques par niveaux de sévérité, selon le niveau d’aide requise. Ils rendent compte des capacités et besoin de la personne et jugent de l’importance du soutien (financier, humain, matériel) nécessaire à la personne affectée pour fonctionner dans la communauté. Ces niveaux dépendent donc des symptômes du sujet ainsi que leurs troubles associés. Ils ne sont donc pas fixes car ils peuvent évoluer d’un niveau à l’autre grâce à une prise en charge adaptée. 

 

Pour permettre un diagnostic efficace, un parcours de soin est mis en place, faisant intervenir différents professionnels sur trois niveaux :

    - les personnes proches de l’enfant (parents, enseignants…) qui vont identifier les signes d’alerte

    - une équipe pluridisciplinaire formée aux troubles neurodéveloppementaux qui va évaluer le fonctionnement de l’enfant et poser un diagnostic ou non 

    - le CRA (Centre Ressource Autisme) et les équipes mobiles autisme, dans le cas d’un diagnostic difficile, qui vont aider à définir le trouble et faciliter l’intégration des personnes dans leur milieu de vie. 

 


🔍  Différents types de troubles du spectre de l'autisme

Le TSA regroupe, selon le DSM-V, les troubles autistiques, le syndrome d’Asperger et les troubles envahissants du développement non spécifiés. 


On retrouve ainsi :

    - Les troubles autistiques ou autisme infantile : développement anormal ou déficient, perçu avant l’âge de 3 ans avec une perturbation dans les domaines des interactions sociales, des communications verbales et non verbales et des comportements restreints et répétitifs. 


    - Le syndrome d’Asperger : forme d’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage. Ici, c’est le domaine des interactions sociales et des relations qui est affecté. La communication verbale et non verbale est possible, bien que particulière, mais sur le plan de la compréhension, l’enfant aura des difficultés à saisir le sens et donnera de l’importance au détail. Ses intérêts seront restreints et la routine nécessaire. Une personne atteinte du syndrome d’Asperger peut se montrer maladroite, avoir des difficultés dans la gestion de ses émotions, et manifester une hypersensibilité sensorielle. 

 

    - Le trouble envahissant du développement (TED) non spécifié : altération du développement des interactions sociales associée à une altération des capacités de communication verbale/non verbale  ou bien à la présence de comportements et intérêts stéréotypés. On parle ici de TED non spécifié car les critères de troubles autistique typiques ne sont pas tous remplis. Il inclue donc les troubles autistiques avec un début tardif ou une symptomatologie atypique. 


 Troubles du spectre de l'autisme


    - Les troubles désintégratifs de l’enfance, caractérisés par :

- une régression marquée dans plusieurs domaines (communication, relations sociales, jeux) après une période de développement d’au moins 2 ans d’apparence normale ou typique 
- une perte significative avant l’âge de 10 ans des acquisitions préalables dans deux domaines (langage expressif et réceptif, comportement adaptatif, contrôles sphinctériens, habiletés motrices)
- un fonctionnement anormal dans au moins deux domaines (altération des interactions sociales, comportements restreints, répétitifs et stéréotypés)
- une perturbation qui n’est pas expliquée par un autre TED spécifique ni par une schizophrénie. 

 

    - Le syndrome de Rett : maladie génétique neurologique rare affectant exclusivement les filles, qui altère le développement du système nerveux central. Il se manifeste par une régression rapide des acquis après 6 à 18 mois de développement. Cette perte des acquisitions est beaucoup plus importante que les difficultés dans les interactions sociales et la communication. 

 


Les plateformes de coordination et d’orientation (PCO) permettent de mettre en place un parcours coordonné de bilan et d’intervention précoce pour les enfants de 0 à 6 ans ayant un trouble neurodéveloppemental. Des campagnes d’information, comme «Agir tôt», guident les familles et se mobilisent pour permettre aux enfants de s’épanouir en ayant accès à la scolarité et en évitant le sur-handicap. 

 


Sources : Trouble du spectre de l’Autisme (Décembre 2020) - Anne-Sophie CORREE - Psychomotricienne

 



#L'Equipe PHT
 Logo de Pro Health Tribe

Dans la même catégorie

electrocardiograme PHT
+
5 effets du jeûne intermittent sur votre corps

5 EFFETS DU JEÛNE INTERMITTENT SUR VOTRE CORPSAuteur : Flavye Borys (équipe PHT) ; lectur...

EN SAVOIR PLUS
+
L'hypnose contre la douleur

L'HYPNOSE CONTRE LA DOULEURAuteur : Flavye Borys (équipe PHT) ; lecture 5 minutesCombattr...

EN SAVOIR PLUS
+
Tout savoir sur la vitamine D

INTÉRÊT DE LA VITAMINE D AU QUOTIDIENAuteur : Guy Chantrieux ; lecture 5 minutesQuelques m...

EN SAVOIR PLUS